Un nouveau Perrache pour les 100 prochaines années ?

Les écologistes ne feront pas « sauter » la « verrue » de Perrache. Quelque 46 ans après son inauguration par Louis Pradel, l’échangeur multimodal pensé par l’architecte René Gagès continue d’avoir trop de fonctions pour pouvoir être simplement supprimé. La vice-présidente à l’urbanisme, Béatrice Vessiller, souhaite le repenser pour le siècle à venir. Elle promet d’ici à 2028 un « nouveau Perrache » qui ne coupera plus la ville en deux mais sera « ouvert » sur elle. Une enquête de Julia Blachon.

La Métropole de Lyon vient de désigner, à la suite d’un appel à projets, les groupes Apsys et Quartus, deux opérateurs privés, afin de rénover le centre d’échanges de Perrache pour un coût total de 100 millions d’euros. « L’opérateur privé prend à sa charge la totalité du coût de la rénovation du bâtiment ; la Métropole interviendra juste sur les espaces publics et la végétalisation qui se trouvent autour du centre d’échanges, à hauteur de quelques millions d’euros seulement », justifie Béatrice Vessiller (EELV), vice-présidente de la Métropole à l’urbanisme et au cadre de vie.

La présentation des grandes lignes du projet n’a pas suscité de grandes levées de boucliers, mais l’opposition s’amuse de voir revenir les partenariats publics-privés : « C’est bien beau d’avoir critiqué la réaffectation de l’Hôtel-Dieu par un opérateur privé sous Collomb, si c’est pour faire la même chose ! », s’étonne Christophe Geourjon (UDI), conseiller à la Métropole.

Une fois le bail signé, le centre d’échanges de Perrache appartiendra pendant 99 ans (durée maximale du bail) à Apsys et Quartus. Pour Christophe Geourjon, il faudra veiller à ce que les propositions faites par la Métropole soient respectées : « Il faut faire attention à ce que les opérateurs ne changent pas les plans pour trouver un moyen de rentabiliser la rénovation du nouveau Perrache. »

Béatrice Vessiller estime avoir prévu suffisamment de garde-fous : « Nous avons défini un cahier des charges très précis sur ce que nous voulons pour ce centre d’échanges et nous nous attendons à une programmation fidèle dans les prochaines années à ce qui a été défini aujourd’hui », indique-t-elle dans un entretien aux Coulisses du Grand Lyon.

À quoi ressemblera le nouveau Perrache ?

L’ouverture du centre d’échanges, prévue pour 2028, aur…

L'arrière-cour est un média gratuit par mail
Pour lire l'article, il vous suffit d'entrer votre adresse email.
En soumettant votre adresse mail, vous recevrez l'article en question, vous serez également abonné aux articles de l'arrière-cour. Conformément à la RGPD, nous ne communiquerons pas votre adresse mail à des tiers et vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Partager sur les réseaux sociaux