Pour créer de nouvelles places en crèche, la Ville de Lyon choisit d’en fermer

Face à la pénurie, la Ville de Lyon annonce son intention de créer 500 places en crèche d’ici à 2026. Mais toutes ne seront pas des créations, comme l’illustre  le cas de Babilou, une crèche privée dans le 6e arrondissement de Lyon. Cette dernière doit fermer ses portes au profit d’une crèche associative, qui ne reprendra pas tous les enfants actuellement pris en charge, au grand désarroi des parents concernés. Une enquête de Julia Blachon, illustrée par Jibé.

« Pour le moment, nous n’avons aucune solution pour faire garder notre fille à la rentrée prochaine », déplore Anaïs (le prénom a été changé). « Nous pensions avoir une place en crèche pour trois ans mais nous apprenons du jour au lendemain que nous devons la quitter. Or, trouver une place en crèche est devenu un véritable parcours du combattant. »

La crèche Babilou Lyon Barbier (6e arrondissement), une structure privée mais locataire de la Ville de Lyon, va en effet devoir fermer ses portes à la rentrée prochaine pour laisser place à Éveil Matin, une crèche associative accueillant des enfants porteurs de handicap. « Ce qui est aberrant, c’est que la mairie n’a avancé aucune solution. Elle nous met à la porte et puis c’est tout. Babilou nous propose de formuler nos souhaits pour d’autres crèches de la même entreprise. Mais cela ne nous arrange pas d’un point de vue géographique. »

À l’origine du projet Éveil Matin, la Ville de Lyon et l’adjoint à la petite enfance, Steven Vasselin, souhaitaient créer une structure d’accueil « plus inclusive ». Pour Babilou, se faire déloger est difficilement compréhensible : « Nous avons répondu à un appel d’offre lorsque nous avons demandé un renouvellement du bail, ils nous ont dit qu’ils souhaitaient reprendre les locaux. Nous avons un peu l’impression de ne plus être à notre place, juste parce que nous sommes un organisme privé  », s’offusque Nathalie Dutartre, directrice pédagogique de la structure. Plus de 30 enfants se retrouveront sans solution à la rentrée prochaine.

Les critères de sélection seront en effet similaires à ceux des crèches municipales, laissant la priorité aux enfants lyonnais. Or, l’entreprise Babilou accueille des enfants de tous horizons, dont les parents travaillent pour des entreprises qui financent leur place en crèche. « Comme nous avions un contrat avec la Ville, nous accueillions 16 enfants lyonnais qui seront sans doute de nouveau éligibles, mais les autres sont pour le moment délogés », regrette la directri…

L'arrière-cour est un média gratuit par mail
Pour lire l'article, il vous suffit d'entrer votre adresse email.
En soumettant votre adresse mail, vous recevrez l'article en question, vous serez également abonné aux articles de l'arrière-cour. Conformément à la RGPD, nous ne communiquerons pas votre adresse mail à des tiers et vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Partager sur les réseaux sociaux