La difficile lutte contre les rodéos urbains

Au lendemain des mesures annoncées en juin dernier par Gérald Darmanin pour sanctionner les rodéos urbains, la préfecture du Rhône et la mairie de Vaulx-en-Velin présentaient leur dispositif « A Vaulx Cross », centré sur des formations encadrées et gratuites de motocross à destination des jeunes Vaudais. Critiqué à sa sortie, le dispositif s’illustre sept mois plus tard dans un documentaire présentant ses objectifs ambitieux et les résultats encore timides de ces 90 sessions de formation. « A Vaulx Cross » serait-il une solution durable pour endiguer le problème des rodéos urbains ? Entre avis d’habitants, d’élus, de sociologue voire de Dalton, il questionne. Une enquête d’Anaëlle Hédouin, illustrée par Jibé.

« C’est parfois des crises que naissent les initiatives les plus innovantes, et je pense que ce projet en fait partie », a souligné Cécile Dindar, secrétaire générale de la préfecture du Rhône et déléguée pour l’égalité des chances, devant une salle quasiment pleine du cinéma Carré Pathé de Soie. Ce 22 février était projeté à Vaulx-en-Velin le documentaire A Vaulx Cross d’Arnaud-Emmanuel Veron et Wahid Chaïb. Un « diagnostic territorial », selon les mots des réalisateurs, qui présentait le dispositif préventif contre les rodéos urbains mis en place l’été dernier à Vaulx-en-Velin et porté par la préfecture et la mairie.

Du 17 juillet au 29 août 2021, l’association Synergie Family a ainsi organisé durant les week-ends des séances gratuites de motocross encadrées par des animateurs sportifs de la Fédération française de motocyclisme. En seulement un mois et demi, « A Vaulx Cross » a offert 90 sessions de formation à 70 jeunes, pour un total de 208 demandes. Les ambitions de l’association étaient grandes : « Faire que des jeunes passionnés hors cadre entrent dans le cadre », mais aussi « révéler les talents ».

Sept mois plus tard, habitants et élus applaudissent chaleureusement. Pourtant, en prenant le contrepied des politiques punitives habituelles, ce dispositif s’est d’abord attiré de nombreuses critiques. Certains craignaient en effet une forme d’encouragement du phénomène de rodéo urbain qui « empoisonne la vie des habitants », selon les mots d’Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin.

« On prend enfin en considération la question du pourquoi ! »

Pour Mahfoud Bidaoui, président de Centre Vie, l’association des commerçants de Vaulx-en-Velin, ce documentaire est un « cri du cœur » : « On prend enfin en considération la question du pourquoi ! », s’exclame-t-il après la projection du film. Partis …

L'arrière-cour est un média gratuit par mail
Pour lire l'article, il vous suffit d'entrer votre adresse email.
En soumettant votre adresse mail, vous recevrez l'article en question, vous serez également abonné aux articles de l'arrière-cour. Conformément à la RGPD, nous ne communiquerons pas votre adresse mail à des tiers et vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Partager sur les réseaux sociaux