« L’école lyonnaise de peinture n’est pas reconnue à sa juste valeur »

Lyon a connu un âge d’or de la peinture aux XIXe et XXe siècles, avec des milliers de peintres et plusieurs « écoles » qui ont marqué l’histoire de cet art, sans obtenir une reconnaissance équivalente à celle de leurs homologues parisiennes. Pour en avoir un aperçu, il faut se rendre à Morestel, à une heure de Lyon. La maison Ravier y accueille cette année les toiles patiemment réunies au sein de la collection privée de Michel Bosse-Platière, inlassable défenseur de ces peintres – hommes et femmes – dont le talent a souvent fait le bonheur des grandes maisons de soierie. Un grand entretien mené par Julia Blachon.

Iels

L’Arrière-Scène : Qu’est-ce qui caractérise « l’école de Lyon » ?

Michel Bosse-Platière* : On dit « école lyonnaise », à tort ou à raison, parce qu’à son origine on trouve l’École des beaux-arts de Lyon, la première à ouvrir ses portes en France en 1808, bien avant celle de Paris. On doit sa création à Napoléon, qui a choisi Lyon sûrement pour réactiver la soierie, très présente à cette période. Cette école formera plus de 200 peintres par an, ce qui est énorme pour la région.

(publicité)

Quels courants retrouve-t-on à Lyon ?

Lyon est d’une richesse picturale exceptionnelle puisqu’énormément de courants artistiques y sont représentés. L’École des beaux-arts a formé quatre courants artistiques principaux qui ont marqué l’histoire de l’école lyonnaise, mais aussi celle de la peinture elle-même. L’école de Lyon réunit, à l’origine, un groupe d’artiste au style « troubadour ». Ce mouvement émerge au moment de la Restauration (1815-1830, NDLR) et se caractéri…

L'arrière-cour est un média gratuit par mail
Pour lire l'article, il vous suffit d'entrer votre adresse email.
En soumettant votre adresse mail, vous recevrez l'article en question, vous serez également abonné aux articles de l'arrière-cour. Conformément à la RGPD, nous ne communiquerons pas votre adresse mail à des tiers et vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Partager sur les réseaux sociaux