Bruno Bonnell, le pari impossible des régionales ?

Bruno Bonnell est candidat. Investi par le parti présidentiel, celui qui est député depuis 2017 va tenter de devenir président de Région. En Auvergne-Rhône-Alpes pourtant, le choix semblait évident pour représenter La République en Marche. Olivier Véran, conseiller régional de l’Isère, et Olivier Dussopt, député ardéchois, étaient pressentis. Mais la crise sanitaire a bouleversé les plans des Marcheurs : respectivement ministre de la Santé et ministre délégué des Comptes publics, les deux hommes sont plutôt concentrés sur la crise sanitaire… C’est donc l’ancien big boss d’Infogrames, société de renommée mondiale spécialisée dans la conception de jeux vidéo, qui va s’essayer au rassemblement autour du centre. Une enquête et un grand entretien de Romane Guigue, illustré par un Jibé joueur.

Balles au centre

Fidèle de la première heure d’Emmanuel Macron, Bruno Bonnell a, ce jeudi 15 avril, présenté les binômes qui le représenteront dans les départements de la Région. Parmi eux, des élus En Marche, d’autres centristes, députés, conseillers régionaux ou municipaux, et d’autres encore « issus de la société civile ». Jusque-là, pas trop de surprise. Pourtant, Bruno Bonnell aime le répéter : « Avec En Marche, on dépasse le clivage politique droite/gauche. Sur ma liste, j’accueille tout le monde. » Tellement « tout le monde » que le candidat espère passer outre les guerres intestines locales qui ont mené au fiasco de LREM lors des dernières élections.

Pour la Métropole de Lyon, le message est fort. D’un côté, on trouve Fouziya Bouzerda (Modem). Avocate de formation, elle a été présidente du Sytral ; à la Métropole, elle a toujours été proche de Gérard Collomb. De l’autre, Sarah Peillon. Adjointe à la mairie du 7e arrondissement, conseillère régionale, conseillère métropolitaine, la directrice de cabinet de Jean-Louis Touraine (député En Marche du Rhône) a pourtant choisi de soutenir David Kimelfeld lors des élections métropolitaines de juin dernier.

Ailleurs dans la région, le candidat voit large. Dans le Cantal, le nom de Catherine Amalric avait déjà fait couler de l’encre lors des municipales. Après sa démission de son poste d’adjointe auprès du maire sortant (Union de la gauche), la candidate (Radical Social-Libéral) soutenue par En Marche a décidé de s’unir au candidat LR. Un choix qui lui a valu le désaveu de la présidente de son parti.

En Savoie apparaît le nom d’Arthur Empereur. Ancien collaborateur de Gérard Collomb, le Marcheur a suivi l’ancien maire de Lyon au ministère de l’Intérieur. D’autres têtes de lis…

L'arrière-cour est un média gratuit par mail
Pour lire l'article, il vous suffit d'entrer votre adresse email.
En soumettant votre adresse mail, vous recevrez l'article en question, vous serez également abonné aux articles de l'arrière-cour. Conformément à la RGPD, nous ne communiquerons pas votre adresse mail à des tiers et vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Partager sur les réseaux sociaux