ZFE à Lyon : Fast sur l’interdiction mais pas Furious sur les sanctions

Mesure-phare des élus écologistes pour purifier l’air lyonnais, le périmètre de la « zone à faibles émissions » (ZFE) et des moyens pour la faire respecter sont encore à peaufiner. « Tout reste à discuter », martèlent les Verts pour éviter les contrecoups d’une mesure impopulaire. L’opposition fustige quant à elle une « obsolescence réglementaire » discriminatoire envers les plus précaires.

Mesure réglementaire impopulaire fondée sur une nécessité sanitaire, la « zone à faibles émissions » va connaître une pointe d’accélération. La nouvelle majorité écologiste a en effet décidé d’acter cette semaine son renforcement progressif en conseil métropolitain. « Lutter contre la pollution est une priorité absolue de notre exécutif », justifie son président, Bruno Bernard. « La pollution est la première cause de mortalité en France et dans la métropole lyonnaise. Elle touche d’abord les plus fragiles, qui sont proches des périphériques et des axes de pollution. » De fait, la pollution de l’air provoquerait près de 100.000 morts prématurées en France chaque année.

Les Verts, en insistant sur le coût social considérable des maladies engendrées par la pollution, souhaitent exclure progressivement l’accès des véhicules diesel aux zones de centre-ville. « Nous sommes ‘addict’ à la voiture », estime Jean-Charles Kohlhaas, vice-président aux transports. « Les gens ont besoin des voitures pour des déplacements courants : famille, courses, déchèterie… II faut sortir de cette addiction et qu’on accompagne les gens. »

La méthode ? L’interdiction de circuler et de stationner en fonction de la vignette Crit’Air apposée sur chaque véhicule. Héritage des mandatures Collomb et Kimelfeld, les utilitaires professionnels Crit’Air 3 et supérieurs sont déjà bannis du territoire de la métropole depuis le 1er janvier 2021. Ce lundi 15 mars, les Verts ont acté l’interdiction des véhicules particuliers Crit’Air 5 et non classés dès 2022. D’ici à la fin de son mandat, Bruno Bernard entend écarter des boulevards lyonnais tous les véhicules Crit’Air 2 et supérieur. Soit près de 40% du parc automobile circulant aujourd’hui à Lyon.

« Tout est à discuter. Le signal donné lundi est celui de la sortie du diesel, qui va être progressive. »

Couvrant la totalité des arrondissements de Lyon ainsi qu’un pan de Villeurbanne et de Caluire-et-Cuire, la ZFE aujourd’hui appliquée est délimitée par le contour du boulevard périphérique Nord, le boulevard Laurent-Bonnevay à l’est et au sud, et la M6 au sud. Un périmètre trop modeste selon l’association Air des Lyon…

L'arrière-cour est un média gratuit par mail
Pour lire l'article, il vous suffit d'entrer votre adresse email.
En soumettant votre adresse mail, vous recevrez l'article en question, vous serez également abonné aux articles de l'arrière-cour. Conformément à la RGPD, nous ne communiquerons pas votre adresse mail à des tiers et vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Partager sur les réseaux sociaux