Les écolos trop timides sur la mixité sociale dans les collèges ?

Alors que les expérimentations se multiplient en Europe afin d’améliorer la mixité sociale et d’origine dans les collèges, la Métropole de Lyon reste à la traîne. Véronique Moreira, vice-présidente de la Métropole en charge de l’éducation, a pourtant annoncé un plan de 300 millions d’euros pour la construction et la réhabilitation de collèges, mais semble craindre une fuite des élèves vers le privé si elle prenait des initiatives allant dans le sens d’une plus grande mixité. Une enquête de Julia Blachon, illustrée par Sandrine Deloffre.

« Dans les collèges de Vénissieux, il n’y a pas un seul blanc », regrette avec une pointe d’exagération Farid Ben Moussa, secrétaire de l’association No Ghetto, qui milite depuis plusieurs années en faveur de la mixité sociale dans les collèges. À Vénissieux, l’ouverture d’un nouveau collège, prévue pour 2025, fait débat. L’établissement qui accueillera le surplus d’effectif du collège de Saint-Fons, mais aussi des élèves du secteur d’Aulagne et Péri à Vénissieux, répond aux besoins d’une population scolaire croissante. « Il fallait absolument que nous ayons un deuxième collège de qualité », est convaincu Christian Duchêne, le maire de Saint-Fons. « On a gagné 10% de  la population en un mandat. La proportion de jeune a elle aussi fortement augmenté dans la commune. Il faut les scolariser dans les meilleures conditions. »

Selon le collectif No Ghetto, cependant, ce nouveau collège ne fera qu’accroître les inégalités et ne favorisera pas la mixité sociale. « Les habitants qui vivent à côté du nouveau collège sont issus de classes sociales défavorisées », constate Farid Ben Moussa. « Logiquement, ce sont leurs enfants pauvres avec des difficultés qui vont y être scolarisés. Je ne vois pas comment des élèves venus de quartiers favorisés pourraient avoir envie de s’y inscrire. »

Option « cirque » : élitisme ou « foutage de gueule » ?

Pour Pierre-Alain Millet, adjoint au logement de la Ville de Vénissieux et conseiller métropolitain (PCF), l’amélioration de la mixité sociale dans les collèges passe au contraire par un renouvellement de l’urbanisation : « Je ne comprends pas ce discours qui laisse penser que, pour réussir, il faut s’éloigner de ses origines. C’est un discours réac ! D’autant plus qu’à Vénissieux, il y a de nombreux jeunes issus de quartiers populaires qui réussissent dans la vie. Pour favoriser la mixité, il faut d’abord donner les moyens aux familles populaires de réussir. Cela passe par de l’emploi, des salaires, mais aussi une nouvelle urbanisation de la ville,…

L'arrière-cour est un média gratuit par mail
Pour lire l'article, il vous suffit d'entrer votre adresse email.
En soumettant votre adresse mail, vous recevrez l'article en question, vous serez également abonné aux articles de l'arrière-cour. Conformément à la RGPD, nous ne communiquerons pas votre adresse mail à des tiers et vous pouvez vous désabonner à tout instant.
Partager sur les réseaux sociaux